Home Music PLAYLIST | SEPTEMBER

PLAYLIST | SEPTEMBER

by Panic 1 juin 2017

 

LA FEMME – SEPTEMBRE

On sait pas trop pourquoi on l’a mise.

 

LAS AVES – N.E.M

Totale résurrection pour les « THE DODOZ » rock de nos années 2000. Balade limite lunaire dans leur premier album « Die in Shanghai », avec des notes pop, rock, synthé, disco, psyché, hip hop… Le quatrième son de l’album N.E.M plaira sûrement aux amateurs de la reine M.I.A.

 

THE DOORS – RIDERS ON THE STORM

Il y a quelque chose de puissant et mystique dans ce morceau, écoutez-donc le en regardant par la fenêtre un jour de pluie. Il porte d’ailleurs quelque-chose d’autobiographique, Jim Morrison se considérant lui-même comme un Rider of The Storm. C’est le dernier titre qu’il ait enregistré avant sa mort.

Né d’un jam avec le groupe, le morceau figurant sur l’album L.A. Woman (1971) fut enregistré avec Bruce Botnick, leur producteur Paul Rothchild ayant lâché le projet, lui reprochant d’être une « musique de cocktail ».

En ce qui concerne la construction mélodique, ce morceau a la particularité d’être joué en mode dit « Dorien », une gamme symétrique ou le schéma des tons et demi-tons est le même en montant qu’en descendant. A la basse, Marc Benno et Jerry Scheff, pendant que Ray Manzarek reproduit l’effet de la pluie avec un piano électrique Fender Rhodes.

Si on écoute attentivement, on entendra Jim Morrison murmurer des paroles par dessus son propre chant avant que sa voix ne s’estompe dans le grondement lointain du tonnerre, comme si son esprit continuait, depuis l’au-delà, de nous chanter Riders on the storm…

 

PATTI SMITH – LAND:

Titre extrait du mythique album Horses, produit en 1975 par John Cale du Velvet Underground. Un classique, reconnu et cité comme un des plus grands albums de l’histoire de la musique, (je ne peux que hocher la tête en signe de d’approbation), faisant de Patti Smith la boss précurseur du punk rock, NDLR: donc la boss du monde en général haha.

Moins connu que Gloria, ce titre Part I: « Horses »; Part II: « Land, of a Thousand Dances »; Part III: « La Mer(de)

Un morceau vibrant, énergique, aux paroles envoutantes, dont la petite magie fait effet dès les premières secondes. Mon conseil: A écouter dans sa voiture pour se remettre d’un rendez-vous nul. Recommandé pour aller surfer, courir, boire des bières, enfin tout, mais éviter avant de dormir vous risqueriez de vous lever pour ressortir.

When suddenly Johnny gets the feeling he’s being surrounded by
Horses, horses, horses, horses
Coming in in all directions
White shining silver studs with their nose in flames
He saw horses, horses, horses, horses, horses, horses, horses, horses
Do you know how to pony like bony maroney
Do you know how to twist, well it goes like this, it goes like this
Baby mash potato, do the alligator, do the alligator

MOHINI GEISWEILLER – MILK TEETH

Et non, il ne s’agit pas de Charlotte Gainsbourg ! Auteur, compositeur, interprète française elle a d’abord fonder le groupe Sex in Dallas avant de se lancer dans une carrière en solo.
Le clip a été nommé Best Narrative Video aux UK Video Award !

FUTURE ISLANDS – SPIRIT

Il n’y a pas de bon ou de mauvais moment pour écouter Future Islands. Groupe américain fondé en 2006, qui aurait pu s’appeler « Future Shoes » ou « Already Islands »… Ils ont choisi le bon mix !

RAINBOW – THE TEMPLE OF THE KING

Abstenez vous d’écouter cette chanson si vous partez courir, elle risquerait d’être une source de motivation limitée.
Ce groupe anglais mythique formé en 1975 n’a pas vieilli, toujours un plaisir d’écouter leurs albums.

ODEZENNE – UN CORPS A PRENDRE

Titre introductif de leur dernier album Dolziger Str.2, les amis bordelais se baladent tranquillement entre hip hop, rock, chanson française et musique électronique.

Engagés physiquement dans leurs musiques et leurs clips, le résultat est puissant, engageant et attachant. Allez jeter un oeil sur Youtube, vous y découvrirez leurs clips/documentaires. Finalement, le goût du rap, cela peut s’apprendre facilement, quand la langue française est manipulée de la sorte. On se surprendrait même à lancer quelques couplets dans sa voiture.

Y’a les coûts d’un coup bas à payer
Pas beaucoup de combats lier
Si la chance veut tourner dans un sens
Arrogant, ne perds pas ton beau temps à prier
C’est étrange, je m’épanche sur l’écho
De ma foi, au détour d’un secours
Mon amour !
N’aie donc pas de tracas, n’aie pas peur pour ma voie
Les vautours veillerons au parcours

DAVID BOWIE – LIFE ON MARS?

Chanson mythique, elle est apparue sur l’album Hunky Dory en 1971, avant de sortir en single en Pour la petite histoire, David Bowie eu l’opportunité de réaliser d’adaptation en anglais de la chanson Comme d’Habitude de Claude François, sans réellement aboutir à un résultat qui lui convienne. Entre temps, un autre auteur-compositeur (Paul Anka) en acheta les droits, on lui doit My Way, ensuite interprétée par Franck Sinatra. Il est dit que la mélodie de Life On Mars? vint à David Bowie alors qu’il se promenait dans les rues de Londres, qu’il composa en quelques heures, reprenant les mêmes séquences d’accords que My Way.

Connu pour sa recherche harmonique poussée,  Q Magazine inclut le titre dans la liste des 100 plus grands singles de tous les temps. Il commence par une 1re partie de couplet en fa majeur, puis, à partir de « But the film is a saddening bore », il a l’audace de commencer un build-up tout à fait inattendu : Mi bémol mineur, Mi mineur, Fa mineur, Ré Majeur, Ré b majeur, Fa majeur, Si b majeur, Si majeur (accompagné par les violoncelles tous les premiers temps), et enfin Si b majeur, introduit par un roulement de caisse claire. « Je n’en revenais pas que cette suite ait marché », a-t-il dit plus tard.

It’s on America’s tortured brow
That Mickey Mouse has grown up a cow
Now the workers have struck for fame
‘Cause Lennon’s on sale again
See the mice in their million hordes
From Ibiza to the Norfolk Broads
Rule Britannia is out of bounds
To my mother, my dog, and clowns

FLEETWOOD MAC – THE CHAIN

Un grand classique sorti de l’album best-seller de Fleetwood mac… Les Anglo-Américains ne font pas les choses à moitié en 1977 – Plus de quarante millions d’albums vendus. Début des années 80, c’est l’album que l’on garde à son chevet à coté de Dark Side of the moon des Pink Floyd. Quarante ans plus tard, on ne s’en lasse toujours pas.

 

 

You may also like